quinta-feira, 1 de agosto de 2013

Le pisé bien pensé pour un bâtiment BBC_Dora Courbon

Le pisé bien pensé pour un bâtiment BBC

















Le bourg de Marsac-en-Livradois dans le Puy de Dôme (63) s’est doté en 2011 d’un « Espace rural » en bois et en pisé. Un bâtiment qui a valu à son architecte Boris Bouchet et à la commune le « Grand prix » du premier palmarès national des architectures en terre crue (1). Grâce à une mise en oeuvre originale du pisé, l’équipement public répond aux normes BBC.
Dans le parc du Livradois-Forez, le pisé fait partie du patrimoine. Mais de nos jours les réalisations avec ce matériau sont anecdotiques. Pour montrer l'exemple et encourager l'entretien des bâtiments en terre crue existants, la commune de Marsac-en-Livradois a tenu à ce que son nouvel Espace rural de services de proximités, destiné à accueillir un centre de santé et un commerce de proximité, soit en pisé. 
"Si l'on fait un bilan technique et économique, le pisé n'apparait pas comme un matériau performant" admet Boris Bouchet, l'architecte du projet. En effet, à l’instar de la pierre, le pisé est un mauvais isolant thermique. Avec des murs de 50 cm d’épaisseur (une valeur standard), l’Espace rural n’aurait même pas atteint les exigences de la RT 2005, alors que l’objectif de la commune (le maître d’ouvrage) était de produire un bâtiment BBC.
Il n'empêche, le pisé a aussi ses qualités : avec une inertie importante et une capacité à réguler l’hygrométrie, il concourt naturellement au confort thermique. Pour ne pas altérer les vertus du matériau, la solution d’une isolation classique par l’intérieur avec un pare-vapeur a été immédiatement écartée car elle aurait empêché, l’été, la restitution de l’humidité absorbée par les murs durant l'hiver. Quant à une isolation par l’extérieur, elle aurait masqué le pisé dont on cherchait précisément la mise en valeur.
Un double mur isolé avec du liège
Au rez-de-chaussée, pour l’arrière du bâtiment (qui correspond au fond du magasin), presque dépourvu d’ouvertures, l’architecte a imaginé un système de double mur en pisé : un mur intérieur porteur de 40 cm et un mur extérieur de 25 cm séparés par 18 cm de liège. Ce dernier a été choisi pour son caractère imputrescible et pour son coefficient de transmission hygrométrique, proche de celui du pisé. Rigide, il a également servi de coffrage perdu lors de la mise en œuvre des murs.
La façade opposée, par laquelle on accède à l’épicerie, est essentiellement vitrée. Des pans de la façade ont néanmoins été réalisés en pisé. Ces murs, simples, ont été isolés par l’intérieur avec 20 cm de laine de roche. "Parce qu'ils sont placés au niveau des locaux techniques et donc pas destinés à être vus, nous n'avions aucun interêt à doubler ces murs de pisé détaille Boris Bouchet. La solution d'une ITE était bien plus économique."
L’ensemble de l’étage (ainsi que la façade nord du rez-de-chaussée) est construit en murs ossature bois habillés d’un bardage en mélèze. Sur cet étage, un mur intérieur en pisé a été réalisé le long de la façade nord, où se situe la salle d'attente pour les patients. L'hiver, ce mur reçoit les rayons du soleil qui passent au travers d'une grande fenêtre de toiture et restitue la chaleur qu'il a emmagasiné.

© photos: christophe camus
Fiche technique
Maître d’ouvrage : commune de Marsac-en-Livradois
Architecte : Agence Boris Bouchet Architectes
Equipes : Bet fluides : A.E.S / Economiste : CS2N / Bet Structure : Ettel
Surface : 405 m2 shon
Montant : 800 000 euros HT

Sem comentários: